[retour sur la homepage] [sommaire des news]

[vendredi 09 février 2007 à 13:58:00] Lu 427496 fois (378374 by )
INTERNET /
INTERNET : Les prémices de la fin de l'âge d'or ?

La professionalisation de l'internet déjà en cours

Sans vouloir crier comme dans TINTIN "C'est la fin du monde" dans les rues avec un gong et une tauge, j'ai plutôt envie de vous faire partager une vieille opinion qui semble peu à peu se confirmer. Du moins, c'est ainsi que je perçois les choses au fur-et-à-mesure que certaines pièces du puzzle se mettent en place. Pour mieux comprendre où je veux en venir, un petit "come-back" s'impose.


Un peu d'histoire...

J'ai connu l'internet pratiquement à ses débuts, du moins, ses débuts professionnels en France, lorsque j'avais un misérable modem RTC et un abonnement Compuserve. C'était un peu avant 95. J'ai fait parti des premiers téméraires à développer des sites webs pour des entreprises qui ne comprenaient pas encore l'intérêt de "ce truc"... Mais cela faisait partie du folklore.

Plus tard, sensibilisé par ma collaboration avec Thomas Dolby (et la société "Beatnik") en travaillant sur des applications musicales sur le net (projets qui avaient pour vocation de valoriser sur le net les artistes comme des musiciens, compositeurs...), je m'insurge sur le comportement des représentants des auteurs en France et en Europe qui tentent de diaboliser les internautesen les traitant de "pirates". C'est tellement simple de résumer ainsi l'incompétence et le manque d'adaptation d'une corporation tout entière. Et pourtant, il suffisait d'être à l'écoute de ceux qui, durant plusieurs années, tentaient - comme moi - de leur expliquer comment prendre le train en marche et aller de l'avant. Au lieu de cela, la commission "Brun-Buisson" décide de généraliser une vieille redevance à TOUS les supports de stockages numériques. Les CD, en premier, sont visés. Mais déjà là, je savais que cette décision n'était que temporaire et que la généralisation de cette redevance était plus que probable.


Le numérique, pétrole de demain.

Toujours à cette époque, dans une démarche de sensibilisation, j'avais déjà crié haut et fort : "Le numérique : pétrole de demain". J'avais même distribuer des tracts à Paris, place de la Villette Je pressentais que ce système ne pouvait qu'intéresser ceux qui, sur l'ancien modèle économique, avaient beaucoup à y perdre... je parlais bien-sûr de l'industrie de la musique ou de l'audiovisuel qui, perdant de gros revenus alors que jusqu'à présent tout leur était acquis d'office (Du pain benni quoi !), ne pouvait rester sans rien faire.

En fait, d'années en années, notre économie a glissé vers le tout numérique. Il fallait être aveugle pour ne pas s'en rendre compte : explosion des caméras et photos numériques, des CD, ordinateurs, de la musique en ligne, de la téléphonie mobile, de la télévision...

Tout d'abord, nous nous sommes extasiés devant cette nouvelle forme d'expression libre qu'est l'internet. Mais cette liberté à un coût que nous sommes peu à peu en train de payer. D'emblée ce sont les données numériques des ayants droits qui ont été pointés du doigt. On a crié "aux pirates !" ; on a cherché et cherche encore à diaboliser l'internaute qui a accès librement à des oeuvres musicales et audiovisuelles, ou bien encore à divers ouvrages. C'est tellement plus simple de justifier la répression quand on dénonce une certaine forme d'injustice à cause d'actes que l'on qualifie de délictueux !

Les années passent et certains grands groupes émergent de la net économie. Google, YouTube, Dailymotion, etc... En France, on reste toutefois à la traîne. En fait, un autre épiphénomène fait son apparition et c'est le petit monde des blogs et des forums qui tracent une nouvelle route, celle de l'expression populaire. Cette liberté d'expression chamboule l'équilibre de l'internet, change la donne. Elle ouvre de nouvelle piste non explorée, celle d'un nouveau canal de diffusion sans limite et sans tabou. On assiste ou du moins prend conscience en pleine période électorale, impuissant, aux inexorables dérives et abus : la e-propagande. Cela consiste à utiliser les blogs ou forums de discussion afin d'inonder la toile d'une opinion dominante... c'est la loi des nombres : plus vous en parlez, plus vous donnez l'impression d'unanimité. En fait c'est un leurre, de la manipulation médiatique. On s'aperçoit vite que rien n'est prévu pour cadrer les dérapages. Et ils sont nombreux. Au-delà de çà, une mutation est en marche et c'est aussi une autre corporation qui est touchée : le monde de la presse. En effet, le pouvoir de l'information change de mains et glisse à grand pas dans celui de "monsieur tout le monde" qui, a coup de SCOOPEO ou de FUZZ, peut faire paraître son scoop et diriger les projecteurs sur son modeste web devenant une référence en quelques heures. Etonnament, la machine s'inverse : l'information né de l'internet et remonte jusqu'au média qui lui, au passage, se rémunère grassement ! Mais y'a t'il encore de véritables journalistes en ce monde numérique ?


Une infrastructure saturée

Puis nous avons connu l'essor de l'ADSL qui a facilité l'accession à l'internet et aux services haut-débit : la VOIP, la télévision, la VOD. Bref, tout se centralise sur un seul et même tuyau. L'économie numérique se développe trop vite, plus vite que nos chères têtes pensantes et que nos industriels l'avaient envisagé (hum... ils ont été mal conseillés !) et pire, que l'infrastructure matérielle qui, faute d'investissement, est déjà en cours d'asphyxie. Pour lutter contre la frénésie à vouloir faire transiter du contenu multimedia sur la toile, nos hébergeurs commencent déjà à limiter leurs offres d'hébergement pour économiser de la bande-passante. De même les opérateurs filtrent aussi le flux (par les numéros de port). Mais ce ne peut-être suffisant car la téléphonie et la télévision s'est déjà accaparé le réseau pour en faire son support de diffusion. La télévision HD est en train de précipiter les choses. Et puis l'état à tout dernièrement réagi en apposant une taxe auprès des opérateurs sur la diffusion de CONTENUS audiovisuels. Tiens tiens...


La fin de l'âge d'or

Alors que voit-on se profiler à très court terme ? La fin de l'internet libre.
C'est l'économie de marché qui va donner raison au plus fort : entre un flux qui rapporte de l'argent et celui qui en coûte, lequel - à votre avis - va subsister ?
Les médias reprennent le dessus et s'accaparent la toile. La raison est toute trouvée : il n'y aura pas de place pour tout le monde ! C'est une évidence. Si vous souhaitez profiter de la téléphonie, de la télévision et de tout le reste, alors il va falloir réglementer l'usage de l'internet. Oui, vous avez bien entendu : "réglementer" un support jusqu'alors "libre".


Nous y sommes.

Une "étude sur les mesures de corégulation dans le secteur des médias" rendue publique le 6 février 2007 le proclame. Il faut que le secteur d'activté s'autorégule afin que le modèle puisse économiquement être viable.

Une solution. Certes. Mais qu'elles seront les conséquences de l'application de telles mesures ? C'est le début d'une nouvelle ère où vous devrez probablement obtenir un statut professionnel ou associatif, ou du moins de le justifier pour créer ou animer un site web ou un forum. On peut même envisager que, comme nous sommes dans le secteur des médias, il nous faudra un statut d'organisme de presse (avec numéro de commission paritaire) ou une certification pour publier un simple blog... bref, avoir une existence juridique et/ou professionnelle. C'est probablement à celà qu'il faut s'attendre dans les futurs mois. D'autant plus qu'après les élections, après avoir bien fait joujou avec, nos chers politiques seront désireux de prendre le contrôle d'un média qui leur échappe totalement. Un tel contre-pouvoir accessible et maitrisable par tous ne peut, dans une démocratie digne de ce nom, faire bon ménage. Qu'on se le dise !


En tout cas, personnellement et depuis plusieurs années, je crois à ce scénario et les évènements et divers éléments en ma possession me donne entièrement raison.



LIENS :
- A lire : Rapport d'Alcatel sur la bande passante
- étude sur les mesures de corégulation dans le secteur des médias
- Le texte sur la taxe pour les FAI vient d'être adopté

Et encore :
- Déontologie : vers l'instauration d'un ordre moral du Net ?



[retour sur la homepage] [sommaire des news]


Commentaires / Comments

Pas de commentaires pour l'instant... / No comments for the moment

Ajouter un commentaire... / Add a comment...

Pseudo :
Email (optionnel) :  Pour être averti d'un nouveau post, mettez votre email (non visible)
Web (optionnel) :
Votre commentaire / Your comment (les balises HTML sont désactivées) :
[ Liste des Smileys ]
[Contrôle anti-flood et anti-spam activé]
Dans certains cas particuliers, il se peut que votre post ne soit pas pris
en compte après validation... Cela peut être normal.
Faites un retour en arrière, copiez alors votre texte, rechargez la page, puis collez et re-postez ;)
Respectez la casse (les MAJUSCULES)
Recopiez le code "Captcha" suivant :



contactez-moi | qui suis-je ? | expériences créatives | news | liens



 12 visiteurs sont connectés...
©2004-2005, Fusina Dominik - All rights reserved