[retour sur la homepage] [sommaire des news]

[lundi 01 septembre 2008 à 08:14:56] Lu 340435 fois (331691 by )
PHOTOS /
TUTORIEL : L'usage des flashes en MACROPHOTO

Surtout en plein soleil !

Lorsque j'explique comment je réalise mes macros, j'ai souvent droit à une réaction de surprise quand je précise que j'ai utilisé 3 flashes avec un ou deux réflecteurs alors que le ciel était fortement ensoleillé. Cela mérite quelques explications pour ne pas dire "éclairages" que je vais tenter de vous faire partager.


A propos de l'utilisation des flashes en macrophoto...

...c'est, en ce qui me concerne, un choix et non une contrainte, qui se justifie pour plusieurs raisons :

1 - les raisons contextuelles :
sans soleil ou sous un ciel lumineux et diffus, cela permet de gagner en ISO, vitesse et aussi en PDC (Profondeur de champ). En plein soleil, l'usage des flashes avec parcimonie permet aussi :
- de déboucher les zones sombres (pour des contre-jours ou bien pour montrer des transparences, c'est top),
- de faire claquer les couleurs,
- d'atténuer les ombres souvent trop dures,
- ou encore de gagner en précision sur certains détails trop difficiles à percevoir sans lumière artificielle

2 - les raisons techniques :
comme vous devez le savoir, en macro, on se bat avec de très grosses contraintes :
- le flou de bougé (le vent est l'ennemi du macrophotographe !!!),
- la montée de bruit qui nuit grandement à la précision de l'image au final,
- ou encore la PDC qui est souvent (et toujours) trop courte.
Et puis, les variations d'éclairage en nature sont courantes, comme un nuage qui passe, des herbes ou feuilles qui font soudainement de l'ombre sur la scène... et l'on est parfois très heureux de contrer ces aléas au bon moment avec le petit coup de flash qui va bien.

3 - les raisons esthétiques :
je suis partisan - sauf cas exceptionnel - d'avoir un arrière plan qui s'intègre bien dans la composition. Je n'aime pas forcément les variations de contrastes trop importantes qui donne la sensation que la tof a été prise en pleine nuit ( => fond trop sombre, voire noir !) à part si cela peut apporter un réel intérêt à l'image. C'est pourquoi je destine toujours un de mes flashes (chez moi, c'est le SB-800 qui sert aussi de contrôleur CLS) à l'éclairage global de la scène, en soutient de l'éclairage ambiant. Un diffuseur monté sur le flash permet d'améliorer la propagation de la lumière. Quant aux autres flashes, ils doivent cibler le ou les sujets. Mais j'y reviendrais plus tard...


Comment éclairer ?

La position des flashes est essentielle. Sachez compenser la lumière existante, combler les faiblesses du moment sans pour autant être trop violent, au risquer d'écraser littéralement la scène. Le volume de tout sujet se fait par l'alternance de zones sombres/claires. Ne l'oubliez pas !



Avec un seul flash, la solution est de l'utiliser sur le côté oppposé de la source de lumière ambiante. Cela permet d'atténuer les ombres. Si la lumière est diffuse, genre "ciel nuageux", un haut/gauche (10h) ou haut/droit (14h) peut s'avérer judicieux. Attention de ne pas situer la source de lumière trop près du sujet. Je suggère aussi d'utiliser le flash principal en déporté. C'est un peu sport, surtout si vous n'avez pas l'habitude de tenir votre boitier d'une main pour la visée, mais cela à l'avantage de rendre plus naturel l'éclairage ambiant et éviter le faisceau direct souvent inesthétique venant du dessus du boîtier. Soyez assez malin pour éclairer la zone oppposé à la source du soleil afin de contrer les zones d'ombre trop dures. Pour les moins costauds, il existe des barres de déportation qui se fixe sur la fixation du pied du boîtier.

Avec des flashes secondaires, on peut déléguer le flash principal en soutient à l'éclairage ambiant. Dans ce cas, j'utilise assez souvent un diffuseur. Chez moi, c'est le système TUPPERWARE de GARY FONG ! C'est assez efficace mais hélas encombrant et lourd à l'usage. D'autres système peuvent bien sûr faire l'affaire.


Grâce à leur maniabilité et précision, les flashes secondaires permettent véritablement d'effectuer des actes quasi chirurgicaux. Côté positionnement et usage, c'est souvent le manque de mains qui nous contraint à utiliser les supports d'origine. Chez NIKON, ces petits flashes d'appoints peuvent se fixer sur une bague annulaire et effectuer une rotation de 360° autour de l'objo. Mieux encore, ils s'orientent de plusieurs degrés afin de mieux cibler la zone à éclairer. Rien n'empêche alors d'en diriger un sur l'insecte de premier plan, et avec le second, d'en viser un autre un peu plus loin ! Ce système se révèle cruellement efficace et ultra pratique. Rien n'empêche d'être plus créatifs et précis encore : je règle par groupe afin d'être plus précis dans la puissance que j'alloue, il m'arrive d'exploiter le diffuseur ou certaines gélatines de couleur tout droit sorti du merveilleux kit du SB-R200.


Pour les plus fous d'entre vous - comme moi - on peut s'équiper d'un système de support flexible de flashes comme celui de NOVOFLEX. C'est hélas assez encombrant et peu pratique. Cependant cela offre l'avantage de pouvoir déplacer un véritable studio portatif. Pour l'avoir testé trop peu pour l'instant (car oubliez tout de suite le transport lors d'une randonnée pouf ! pouf !), et par faute de temps aussi, on peut explorer de nouvelles possibilités et jouer sur l'insolite. J'y reviendrais prochainement, dans un prochain billet.


Jouer en finesse...

A noter que les flashes sont souvent là en soutient sauf cas singuliers comme la prise de vue d'insectes en plein vol où là, ben... faut saisir l'instant par tous les moyens, la vitesse et la lumière étants les atouts pour bien réussir son cliché. Pour cette raison, je règle souvent leur puissance en fonction des besoins réels en les atténuant ou détournant si besoin... ce qui évite ainsi la présence de points lumineux trop dures. Pensez donc à l'équilibre des zones de lumière (à ce propos, un grand merci au système créatif (CLS) et le mode TTL très performant de NIKON !!!) et à jouer sur les rebonds possibles avec les éléments ambiants.

D'ailleurs à ce propos, obtenir une bonne lumière d'ambiance, c'est aussi savoir tirer parti des réfractions possibles et reproduire ce que la nature fait si bien naturellement : n'oubliez pas que tout objet est aussi producteur de lumière uniquement par son simple effet réfléchissant (bon d'accord, sauf le noir. Mais on trouve rarement du noir dans la nature) ! Dans des cas très particuliers, on peut s'amuser avec les gélatines de couleur pour teinter ou créer des effets créatifs.

Punaise des baiesJ'affectionne un éclairage chaud et la lumière naturelle la plus intéressante est celle du matin et du soir. De plus, c'est à ce moment là que la plupart des insectes sont les moins farouches. Je suppose à cela plusieurs raisons : le matin, ils sont un peu engourdis par la fraîcheur, et le soir, ils commencent à être un peu crevés (enfin !) et surtout sentent que la lumière baisse et font leur dernière provision avec concentration et s'économisent un peu en évitant de virevolter çà et là ; j'ai noté qu'alors ils deviennent moins vigilants et l'approche est plus aisée. Selon les saisons, 8-10h et 17:30-19:00 sont les meilleurs heures. L'approche est un autre sujet que j'aimerai bien évoquer un de ses quatre.

Revenons-en à nos moutons.
L'usage d'un fond artificiel pour tricher est possible... mais là j'avoue mon inexpérience ou presque en la matière. Je dis presque car parfois on se doit de jouer au chef décorateur pour obtenir un environnement plus agréable que celui que nous offre "dame nature". Je ferais d'ailleurs un autre TUTO sur les accessoires pratiques que j'utilise lors de mes prises de vue. Vous serez, je crois, très étonné par l'ingéniosité dont on peut faire preuve pour arriver à ses fins ! Donc côté décor, vous pouvez trimbaler avec vous des fonds de couleur sur papier ou bien même carrément des imprimés avec des motifs flous. Cela se pratique. J'ai dû m'en amuser parfois, mais cela reste délicat à faire : on se limite souvent à des sujets peu mobiles qui peuvent nous garantir un cadrage constant. A moins que vous possédiez comme moi d'un assistant (sous le forme d'un enfant ; bon d'accord, faut soit les faire ou en avoir sous la main, avec un mode "patience" intégré ) qui est d'accord pour placer un bout de ses fringues comme arrière-plan...

L'usage d'un réflecteur argent ou blanc est recommandé avec des insectes sombres ou/et ayant des carapaces. La brillance de leur armure associée à la couleur du réflecteur permet de donner du relief et de les détacher du reste de la scène. Ne pas hésiter à diriger l'un des flashes principaux sur cette surface si le soleil vous boude un peu.

Sur cette photo, le flash est en déporté à gauche, et le réflecteur en bas à droite, en arrière plan ce qui permet de souligner de blanc la carapace.

En vrac...

Tiens au fait, conseil stupide mais utile : pensez à relever la tête, à regarder dans quel sens vont les nuages, afin d'anticiper les variations de lumière !

En macro animalière - je tiens à le préciser - je ne suis JAMAIS sur pied. Je privilégie la mobilité. Sachez rester souple, dans tous les sens du terme ! Je veux dire par là que faire de la macro, c'est savoir aussi prendre des risques, se tortiller, se faire discret, savoir être patient et persévérant. Dans certains cas très particuliers, lorsqu'on joue à des rapports 5:1, l'usage d'un pied avec réglette millimétrique peut s'avérer fort nécessaire. Mais bon...

Sur des sujets très mobiles (comme des insectes en pleins vols, papillons, abeilles, etc), privilégiez avant tout la rapidité de déclenchement sinon vous risquez d'avoir à coup sûr un décalage dans la MAP (NB : en extérieur, pour la vitesse obturateur, je suis rarement à moins de 1/250e). C'est pourquoi l'usage d'un pré-éclair pour la mesure TTL ne s'avère pas judicieux en toute circonstance et donc rend difficile l'usage de flashes secondaires. Seule alternative : le câble de flash TTL relié au flash principal déporté. Et là, çà le fait très bien !
Et n'oubliez pas que la créativité se paye. Un exemple ? Amusez-vous à prendre un insecte en plein vol avec le flash réglé sur le second rideau, et vous obtiendrez des résultats assez inattendus
Diptère - fly in flight

J'allais oublier une chose importante : la plupart des flashes non-pro ne permettent pas de déclencher au-delà de 1/250e. Pensez-y lors de l'achat de source d'éclairage, car cela risque de vous brider à très court terme.



Pour finir...

Ceci dit, je me permet parfois de jouer sans ces artifices, lorsque l'ambiance se doit d'être intimiste, que la lumière est idyllique, ou qu'encore les batteries de mes flashes se sont - tout bêtement - vidées trop vites. Et oui ! Cela m'arrive aussi !
Sauterelle

Tiens d'ailleurs, à ce propos, faites attention à la température ambiante de stockage des piles rechargeables et donc de vos flashes (si elles sont déjà dedans) : vous risqueriez d'avoir la désagréable surprise de découvrir qu'elles ne tiennent que quelques minutes - si elles sont un peu vieilles, c'est sûr ! - si vous ne les avez pas protégé en cas de nuit très fraîches ou encore de journées trop chaudes.

Je suis toujours ultra-prévoyant, à tel point que je ne part jamais sans 3 recharges complètes de piles. Faut dire qu'il n'y a pas plus rageant qu'après 2 heures de marche et devant une scène inespérée, on se retrouve en rade !

Ne considérez par l'usage des flashes comme obligatoire, mais, sous nos tropiques peu ensoleillés (et cela ne risque pas forcément de s'arranger), comme nécessaire dans bien de cas. Comme chacun d'entre-vous, mes premières macros furent sans flashes et ne sont pas forcément moins réussies que celles d'aujourd'hui, la technique, les conditions ambiantes et la persévérance y étant pour beaucoup. Ce qui impose toutefois leur usage à terme, c'est le niveau de difficulté grandissant vers lequel on tends inexorablement ; sans eux, beaucoup de mes clichés seraient en deçà du résultat escompté. C'est indéniable. Mais bon, avec ou sans, c'est bien le résultat qui compte.

Maintenant, à vous de jouer et de me montrer que je n'ai pas écrit ce petit mémo pour nada !

NDLR : Ce tuto a pour vocation d'échanger ma propre expérience... et ceci, très modestement. Il risque d'ailleurs d'évoluer au cours du temps.



[retour sur la homepage] [sommaire des news]


Commentaires / Comments

1 - De "acideformik",  le mardi 2 septembre 2008 à  15:22:49
Merci pour ce petit tuto

J'aurais une question à te poser au sujet du système "UNIMARM" de NOVOFLEX que tu cites dans ce lien

http://www.fusina.net/news/news-Du_nouveau_matos_MACRO_en_commande-517.html

Sais-tu si ce système peut s'adapter sur un MPE 65mm et être utilisé sur les double flash MT24EX de chez Canon?

D'avance merci


2 - De "Dominik (le webmaster)",  le mardi 2 septembre 2008 à  15:34:27
Les bras articulés possèdent des griffes portes-accessoires standards, donc pas de soucis pour venir y mettre n'importe quel flash. La seule contrainte reste le poids des flashes qui doivent être le plus léger possible au risque d'avoir un soucis de stabilité.
Je pourrais te faire une photo du système articulé, si tu le souhaites


3 - De "acideformik",  le mardi 2 septembre 2008 à  16:17:12
Avec grand plaisir pour la photo et si tu pouvais aussi y joindre la photo de ton matériel lors de ta prise de vue du Timarcha tenebricosa
Je serais curieux de voir ceci;=)


4 - De "macrofan",  le mardi 27 avril 2010 à  09:58:34
Bonjour,

Je me permets de poursuivre la question sur le système UNIMARM. Je trouve ce dispositif très intéressant pour des questions de maniabilité et mobilité comme vous le préconisez dans ce très bon article sur la macro.

Seul questionnement est il capable de supporter des flashs cobra classiques d'environ 400g (580EX ou 430EX chez Canon pour ne pas les citer). Quel est l'élément qui pourrait nuire à la stabilité selon vous : les bras flexibles ou les rotules flashs ? Si c'est les rotules, celles si sont elles amovibles pour être remplacées par des modèles plus "stables" ?

Autre et dernière question , il serait très intéressant d'utiliser ce système pour maintenir diffuseur ou réflecteur. Mais quels accessoires utlisez vous pour passer des sabots flahs du kit UNIMARM à la pince pour tenir l'accessoire ?

Merci d'avance pour vos réponses éclairantes.



5 - De "Dominik (le webmaster)",  le mardi 27 avril 2010 à  12:17:16
Bonjour Macrofan.
Première chose : oui, cela peut supporter des flashes plus lourds. Le seul hic, c'est le poids global qui provoque une contrainte vers là où les flashes sont positionnés. J'ai déjà essayé et c'est très délicat, et surtout dur à manier et à maintenir.
.
Les rotules en embout sont mobiles. Suffisamment pour pouvoir être placées dans toutes les positions. Après, ce sont les tiges flexibles qui prennent le relai.

Pour les diffuseurs, j'ai déjà testé. Dans ce cas, j'utilise des pinces de style PINCE A DESSIN que j'ai adapté pour s'enficher à l'intérieur des encoches de flash.
Voilou


6 - De "macrofan",  le mercredi 5 mai 2010 à  11:03:12
Merci pour ces précieuses infos. Encore quelques questions supplémentaires :

- le système est il démontable, par exemple pour n'utiliser le système avec qu'un seul flexible, réutiliser les éléments ( rotule flash, flexible), remplacer un rotule par un pince clamp pour maintenir le diffuseur ? Si oui, vis 1/4 sur l'ensemble du système ?

- le système semble difficilement utlisable à main levée
, le travail sur trépied est il plus facile ?

Merci d'avance


7 - De "macrofan",  le mercredi 5 mai 2010 à  14:34:32
Je savais bien que j'oubliais qqchose, l'adaptation des pinces à dessin pour monter les diffuseurs/réflecteurs sur les rotules flashs m'intéresse. Y'a moyen d'en savoir un peu plus (photo du montage) ?


8 - De "ditesouistiti",  le vendredi 24 mai 2013 à  13:21:19
Merci pour ton tuto qui m’aidera dans l’avenir!
Travail super sympa, c'est très réussi.



Ajouter un commentaire... / Add a comment...

Pseudo :
Email (optionnel) :  Pour être averti d'un nouveau post, mettez votre email (non visible)
Web (optionnel) :
Votre commentaire / Your comment (les balises HTML sont désactivées) :
[ Liste des Smileys ]
[Contrôle anti-flood et anti-spam activé]
Dans certains cas particuliers, il se peut que votre post ne soit pas pris
en compte après validation... Cela peut être normal.
Faites un retour en arrière, copiez alors votre texte, rechargez la page, puis collez et re-postez ;)
Respectez la casse (les MAJUSCULES)
Recopiez le code "Captcha" suivant :



contactez-moi | qui suis-je ? | expériences créatives | news | liens



 20 visiteurs sont connectés...
©2004-2005, Fusina Dominik - All rights reserved